{Pendant la visite} Relations entre utilisateurs et non-utilisateurs

Les expériences de réalité augmentée et de réalité virtuelle semblent toutes deux produire des interactions spécifiques entre utilisateurs et non-utilisateurs. Les non-utilisateurs se trouvent dans une position de spectateur ou d’observateur de l’expérience de l’autre.

L’utilisation d’un dispositif de type cardboard est-il créateur de lien entre la personne qui l’utilise et celle qui l’observe vivre l’expérience, ou est-elle au contraire aliénante, séparant les utilisateurs des non-utilisateurs ?

Quelques observations formulées lors de l’atelier Wezitcamp:

Dans l’usage à bout de bras, on est plus accepté dans l’espace physique car le contenu de ce qu’on regarde est plus visible. Paradoxalement, je peux provoquer une gêne chez d’autres visiteurs lorsque je porte mon téléphone à bout de bras puisque cette position implique l’action de viser; les autres visiteurs peuvent alors penser que je prends une photo et vouloir éviter de la gâcher. En ce sens, un dispositif peut être le marqueur d’une action : si j’utilise mon téléphone seul, on pense que c’est une photo; mais si j’utilise un dispositif type cardboard, on image une autre expérience.

Pensez aussi aux personnes regardant un concert à travers leur téléphone pour le filmer, et la frustration que cela peut provoquer chez certains autres spectateurs. Pour éviter ce type de conflits au musée, faut-il organiser des plages horaires réservées aux visites avec expérience de réalité augmentée et d’autres aux visites sans expérience de réalité augmentée ?